Disparition de Bernard Guerrier de Dumast  Réaction de François Pélissier,  Président de la CCI Grand Nancy Métropole Meurthe-et-Moselle

Disparition de Bernard Guerrier de Dumast Réaction de François Pélissier, Président de la CCI Grand Nancy Métropole Meurthe-et-Moselle

Posté le 18/11/2019

C’est avec émotion que nous apprenons la disparition de Bernard Guerrier de Dumast, grand serviteur du développement économique de notre territoire.
Toute sa vie professionnelle aura en effet été marquée du sceau de l’engagement.
L’engagement dans son entreprise, le Groupe Saint Gobain-Pont-à-Mousson SA, de 1956 à 1999, d’abord comme Attaché à la direction de l'exportation puis successivement Directeur des relations Humaines, des Affaires Sociales, et Secrétaire Général.
L’engagement pour son territoire, son économie, son tourisme  comme adjoint au maire de Nancy, Vice-Président du district de l’Agglomération nancéienne, Président du technopole de Nancy-Brabois et membre du Conseil Economique et social de Lorraine.
L’engagement en faveur de la formation au sein de l’Académie, de l’Université, de l’Institut National Polytechnique de Lorraine et de l’ICN.
Engagement en faveur de l’Europe pour ce fin connaisseur des Relations internationales Vice-Président d’Eurochambres, Président de la section de coopération internationale et transfrontalière du CES Lorraine, membre du CES SAAR-LOR-LUX.
Engagement consulaire évidemment avec quatre années de présidence de la Chambre Régionale de Commerce et d’Industrie Lorraine, (1994-1998), après la Première Vice-Présidence de la CCI de Meurthe-et-Moselle et la Présidence de la Commission des Affaires européennes de l’Assemblée des Chambres Françaises de Commerce et d’Industrie.
 
Promouvoir l’entreprise, renforcer l’économie régionale, réussir l’Europe, dynamiser l’activité consulaire ont été au cœur de sa vision et de ses actions.
Cet homme éminemment cultivé, bienveillant et disponible,  ne manquait pas de distiller de bons conseils aux entrepreneurs qu’il croisait.
Pour lui, « L’engagement du monde de l’entreprise ne se limite pas à la seule protection des intérêts économiques. Il est aussi, et j’oserai dire, avant tout, au service d’une conception de la société et de l’économie qui met celle-ci au service de l’homme. »
 
C’est un sage et un guide qui disparaîssent aujourd’hui dont l’héritage nous inspirera longtemps. 
 
 
François Pélissier

 

Revenir à la liste des actualités
retour en haut